Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2013

Voiles, Echanges, Plaisirs, les 3 ingrédients du FrenchShip 3 !

Nous arrivons à Neos Marmaras, petite ville touristique avec son agréable port.
Nos 5 bateaux sont là qui nous attendent. Nous nous répartissons dans chacun d'eux, nous prenons nos cabines, nous distribuons les courses pour nos 3 jours de mer.

P6220049.JPG

P6220058.JPGRapidement, nous prenons le large et le vent souffle dans les voiles. Le FrenchShip 3 se lance sur les vagues, certains d'entre nous prennent les commandes, apprennent aux autres, quelques uns s'allongent à l'avant des voiliers pour profiter des rayons du soleil.

Nous arrivons vers une baie. Nos 5 navires s'attachent les uns aux autres par les côtés pour n'en former qu'un. Nous plongeons dans cette eau transparente, douce et tiède. Nos amis bretons sont surpris par cette température. Le temps de voir un poulpe, de le caresser, de le voir lancer son encre, le repas du soir nous attend sur le pont. Le silence nous entoure, la nuit s'annonce belle, le soleil se couche, la lune se lève.
Comme on nous l'avait conseillé, nous essayons de nous tenir loin de nos téléphones portables. Nous apprenons à maîtriser également notre consommation d'eau douce pour se laver ou faire la vaisselle. Nous découvrons une nouvelle vie. Nous avons tous le sourire aux lèvres.
Nous nous endormons en regardant ce spectacle nocturne dans le ciel.

20130625_202803.jpg

La voile a ce côté magique de se laisser pousser par la seule force du vent. Voir le bateau glisser sur l'eau est une sensation indescriptible. Vivre sur un voilier n'est pas une chose très facile. On bouge, on doit faire attention à son équilibre, l'espace est restreint, il y a les cordages, les virements de bords, on se tape les pieds... il faut aussi savoir vivre ensemble, respect chaque personne à bord et la vie commune dans ce lieu clos.

P6220061.JPG

Et puis, il y a la communication. Nos équipages sont mixtes. Nous essayons de parler tous en français, notre langue commune. Nos skippers grecs ne sont pas francophones, alors l'anglais est de rigueur. Nous apprenons quelques mots grecs, nous leur apprenons des mots turcs. Nous échangeons sur nos modes de vie, nos cultures

Cette expérience a été très enrichissante et même si nous n'avons eu que quelques jours de navigation, ils en appellent d'autres.

Deux regrets principaux sur cette mini croisière.

Le premier est lié aux conditions climatiques avec le trop peu de vent qui ne nous a pas permis de hisser les voiles. Notre navigation s'est essentiellement faite en moteur, le manque de temps nous obligeant d'aller d'un endroit à un autre sans trop perdre d'heures.

Le second est que nous ne sommes restés que 3 jours et 3 nuits sur nos FrenchShip. Nous y serions bien restés une semaine entière pour apprendre cette nouvelle vie, apprendre à naviguer, à manipuler les voiles …

Les rencontres interculturelles

Cette mini-croisière a été l'occasion de cohabiter avec des gens que nous ne connaissions pas.
C'est bien le but de ce projet.
P6230170.JPGEntre nous tous, tout n'a pas été toujours facile, chacun essayant de retrouver ses compatriotes pour une communication dans sa propre langue. Mais des contacts se sont tissés, des discussions ont été lancées, des amitiés sont peut-être nées de ces rencontres.

P6230178.JPG

P6230173.JPG
Petit à petit, des groupes se sont formés, les gens se sont mélangés, et même si parfois on se demandait pourquoi nos profs organisaient des activités communes, montaient des équipages mixtes entre nos 3 pays, il faut reconnaître que cette expérience n'aurait pas eu le même goût si nous étions restés entre nous.

Dépaysement

Le littoral de la Chalcidique ressemble assez au rivage de Çanakkale jusqu'à Ayvalık.
Ce n'est donc pas ici que nous avons pu apprécier le dépaysement auquel nous nous attendions.

P6220132.JPG

Mais de belles baies nous attendaient et le seul fait d'arriver dans ces endroits en voilier leur donnait un aspect inconnu. Et puis il y avait de belles et longues plages aux eaux turquoises. Nous y avons accosté avec plaisir et nous y sommes allongés un moment. Alors qu'une petite houle se présentait et que la fatigue se faisait sentir à cause d'une vie rythmée par nos bateaux, nous sommes arrivés à l'île de la Tortue.
P6220085.JPGSon nom correspond au profil géographique de cette petite île inhabitée par l'humain mais colonisée par des milliers de goélands volant au dessus de nous, nageant aux abords de nos voiliers, criant si nous nous approchions. Nous sommes restés un moment dans une petite baie à l'abri du vent profitant pleinement de nos derniers instants de vie de marins avant le retour à Neos Marmaras. Une certaine nostalgie commençait à planer dans no têtes.

Qu'allait nous réserver la suite de notre séjour ?

Les tavernes

La cuisine grecque ressemble un peu à notre cuisine turque. Nous y retrouvons des ingrédients méditerranéens communs, des recettes semblables et il est même drôle de trouver des mots de plats presque identiques. Cela est bien entendu le fait d'un long héritage gastronomique entre nos 2 pays.20130626_213719.jpg

Mais une chose est certaine : l'ambiance des tavernes dans des petits ports, loin du tourisme de masse, est extraordinaire. Dans ce petit port qui nous semblait loin de tout, nous nous sommes assis dans un petit restaurant pour y déguster différentes spécialités. 20130626_225157.jpgLes 23 élèves d'un côté, nos profs et les skippers de l'autre, la joie se lisait sur tous nos visages.
Nous avons alors entrepris de mettre des musiques de nos 3 pays pour montrer nos différentes danses. Musiques grecques, bretonnes et turques se succédaient. Nous avons écouté une drôle de chanson française avec son étonnante chorégraphie. Avec surprise, nous avons découvert que nos compagnons français avaient eux aussi des danses collectives ayant un air méditerranéen. Du coup, tous ensemble nous nous sommes regroupés pour entamer une danse mélangeant nos 3 styles.

Neos Marmaras

Le tour en voilier touche à sa fin. Nous retournons tranquillement vers notre port de départ et cherchons une baie abritée. L'endroit est beau, le coucher de soleil est magnifique mais une houle, pas méchante mais régulière, fait monter et descendre nos embarcations. La nuit s'annonce difficile pour les personnes qui n'ont pas le pied marin. Décision est prise de rentrer au port ce soir. En fait, nous ne sommes pas contre. Ce sera l'occasion de découvrir la vie nocturne de cette charmante petite ville, de goûter au plaisir d'une nouvelle taverne, de retourner doucement à notre besoin de citadin en regardant les vitrines des magasins et de chercher quelques souvenirs.

P6210032.JPG

Nous consacrons d'ailleurs notre lendemain matin à flâner dans les rues de Neos Marmaras en attendant notre bus qui va nous conduire dans un camping. Nous ne savons pas trop ce que va nous réserver cette expérience.

 

Les commentaires sont fermés.